Une journée à Troyes – la campagne photographique des vitraux de l’Aube a commencé !

MARS 2018- Nous arrivons de Paris aux alentours de midi, l’heure de rejoindre Christophe Deschanel, photographe, à la basilique Saint-Urbain de Troyes. Les derniers fidèles et touristes de la matinée quittent l’église fermée au public pendant la pause déjeuner, c’est le moment idéal pour démarrer les prises de vue.

Entouré de Flavie Vincent-Petit et d’Anthony Carreras, architecte des bâtiments de France, Christophe Deschanel met en route son drone doté d’un appareil photo très haute résolution.

Sous nos yeux ébahis, l’engin s’élève au-dessus de l’autel pour atteindre les voûtes de l’édifice religieux. Le bourdonnement du drone contraste avec le silence que l’on associe ordinairement à ces lieuxde recueillement. L’effet d’anachronisme, créé par ce mariage inattendu entre art gothique et technologie dernier cri, est total.

IMG_7745

Christophe, extrêmement concentré sur sa télécommande, conduit d’une main de maître l’objet volant. Flavie et Anthony l’aident à affiner les cadrages des prises de vues. Le drone est utilisé pour les prises de vue d’ensemble : pour des raisons de sécurité, il ne peut s’approcher trop prêt des vitraux. Pour photographier les détails, il faudra monter un échafaudage.

IMG_7815

IMG_7775

Anthony Carreras, Christophe Deschanel et Flavie Vincent-Petit

Une heure plus tard, il est temps de changer de lieu. Nous nous dirigeons à pied vers l’église Saint-Pantaléon. Un obstacle supplémentaire se dresse dans cette église richement décorée : des cordes tendues sur le plafond rendent les manœuvres du drone plus délicates.

 

Puis, nous courons vers le musée Saint-Loup où la conservatrice nous attend de pied ferme afin que nous puissions photographier le Credo de saint Jean, vitrail rarissime conservé au sein d’une caisse du musée. Ce dernier ne disposant pas de table lumineuse, la question du mode opératoire se pose : faut-il l’emmener à l’atelier de Flavie Vincent-Petit ? C’est la solution « artisanale » qui est choisie : une belle luminosité à l’extérieur, deux personnes pour porter l’œuvre et un photographe qui n’a pas peur des acrobaties afin de saisir sous le meilleur angle la beauté de ce vitrail du XVIe siècle. Une prise d’ensemble est réalisée, sans oublier les détails que nous souhaitons mettre à l’honneur.

IMG_7877

Détail du Credo de Saint-Jean

Dernière étape de notre après-midi : la société académique de l’Aube. Pour la rejoindre il suffit de contourner la cathédrale de Troyes. Christophe Deschanel sort son trépied et commence par photographier un vitrail représentant Hercule. La luminosité est parfaite : ni trop forte, ni trop faible. Un barreau de fenêtre gâche cependant le cliché d’une sainte Anne avec la vierge in utero que nous souhaitons immortaliser pour le beau ciel étoilé qui l’entoure. Qu’à cela ne tienne, Flavie décroche le vitrail en quelques minutes et le porte jusqu’au jardin pour obtenir les conditions optimales de prises de vue.

IMG_7908

Flavie Vincent-Petit portant le vitrail de Sainte Anne avec la vierge in utero

C’est ainsi que s’achève cette journée, sous le regard bienveillant de Sainte Anne.