Gilgamesh et l’art sumérien


L’histoire de Gilgamesh est l’œuvre littéraire la plus ancienne qui nous soit parvenue. Elle appartient à la civilisation mésopotamienne, fondée au ive millénaire avant notre ère. Des princes féodaux dirigeaient alors des Cités-États. Parmi eux, un certain Gilgamesh dirigeait la ville d’Uruk vers 2650 avant notre ère. Divinisé après sa mort, Gilgamesh donna lieu à une légende qui s’est transmise jusqu’à notre ère : durant plus de 2000 ans elle irrigua profondément l’art du bassin mésopotamien.

L’Institut Diane de Selliers pour la recherche en histoire de l’art soutient une recherche iconographique sur les représentations de Gilgamesh dans l’art sumérien, accompagné par Abed Azrié, traducteur franco-syrien et spécialiste de l’épopée de Gilgamesh.

Les œuvres issues de la civilisation sumérienne, principalement situées au Louvre (Paris), au British Museum (Londres) et au Pergamon Museum (Berlin) seront mises en scène et immortalisées par l’œil de Jean-Christophe Ballot, photographe contemporain qui poursuit depuis trente ans une œuvre singulière en noir et blanc. Véritable sculpteur de lumière, il est notamment connu pour son intérêt pour la statuaire et son travail sur les gisants et les orants de la basilique Saint-Denis. L’Institut Diane de Selliers souhaite également organiser une prise de vue sur place (Irak, Syrie) des derniers vestiges de cet art mésopotamien, berceau de notre civilisation.

Assour