Les débuts de la photographie


Les débuts de la photographie (1893-1928) au service du « Grand Tour » en Italie 

image les débuts de la photo

« Ville de la féérie, rien n’y est sûr et rien n’y semble solide. La terre y est un prestige.
Le plus doux mensonge règne sur les palais de l’eau.
Toutes les fées sourient et n’obéissent qu’à la volupté du moment. »

Suarès à Venise

 La seconde moitié du XIXe siècle marque les débuts de la photographie. En même temps que les techniques se perfectionnent et se popularisent, les artistes s’emparent de ce nouveau mode d’expression artistique. Ces photographies fondatrices sont connues de façon superficielle par le grand public. Nous avons à cœur de les rendre accessibles.

De nombreux musées en Europe possèdent des fonds photographiques illustrant le « Grand Tour » en Italie, des fonds riches et intéressants, et le plus souvent inédits : le musée d’Orsay, la société française de photographie, le fonds Collinet-Guérin de l’Inha, la médiathèque de l’architecture et du patrimoine à Paris, le musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg, le musée Alinari de Florence… Sans compter les collections privées et les cabinets des marchands et experts spécialisés en photographie, dont les archives restent à explorer.

L’identification, la classification, et l’étude des milliers de documents disponibles nous permettent d’effectuer une sélection, selon des critères à la fois scientifiques et esthétiques. La qualité du matériel photographique sera alors au cœur de nos préoccupations afin de resituer le plus fidèlement les photographies et de les mettre en valeur.

Le Voyage du Condottière d’André Suarès, rédigé au début du XXe siècle, guide l’ensemble de nos recherches photographiques. Texte et images réunis permettent ainsi de saisir cette prodigieuse transformation : comment de strictement documentaire la photographie est devenue en l’espace de quelques années un nouveau moyen d’expression artistique.