Les chercheurs


Leili Anvar

Ancienne élève de l’école Normale Supérieure et Docteur ès lettres, Leili Anvar, de père iranien et de mère française est Maître de conférences en langue et littérature persanes à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales. Elle collabore aux travaux et séminaires de l’Institut d’étude de l’Islam et des Sociétés du Monde Musulman (EHESS). Traductrice et spécialiste de littérature mystique, elle a travaillé notamment sur la littérature amoureuse et ses développements spirituels ainsi que sur l’importance de la voix des femmes dans l’Iran et l’Afghanistan actuels. Elle tient également une chronique sur France Culture (émission les « Racines du Ciel ») et dans le Monde des religions (rubrique « Lettres spirituelles »).

L’Institut Diane de Selliers a initié et soutenu la traduction du Cantique des oiseaux d’Attâr, qui l’a confiée à Leili Anvar. Chef-d’œuvre de poésie mystique écrit en persan à la fin du XIIe siècle, ce poème de 9000 vers n’avait connu qu’une seule traduction, en prose, datant du XIXe siècle. La traduction de Leili Anvar parvient, par son souffle et sa musicalité, à rendre le message d’Attâr lumineux, vibrant et universel. Grâce au partenariat avec les éditions Diane de Selliers, cette traduction inédite a pu être rendue publique.
.  

.  

Michael Barry

Professeur au département d’études proches-orientales à l’université de Princeton, ancien président du comité de conseil du Département d’art islamique du Metropolitan Museum of Art de New York, conseiller auprès de l’Aga Khan pour le nouveau musée de Toronto, Michael Barry est un spécialiste incontesté de la miniature en Islam d’Orient.

Michael Barry a mené pendant près de cinq ans de vastes recherches autour de la peinture persane, afghane, turque, moghole, dans le cadre des études de l’Institut. Il a ainsi identifié de nombreuses œuvres, précisé des attributions et révélé la symbolique profonde des miniatures étudiées.

 

.  

Amina Taha Hussein-Okada

Spécialiste de l’art indien, Amina Taha-Hussein Okada est conservateur en chef au musée national des Arts asiatiques Guimet, où elle est en charge des arts de l’Inde. Commissaire de plusieurs expositions artistiques, au Grand Palais, à la Bibliothèque nationale, au Musée Cernuschi, ou Musée Guimet, elle est également l’auteur de nombreux articles et de plusieurs ouvrages de référence sur l’art et la civilisation de l’Inde.

Les recherches iconographiques menées par l’Institut ont permis l’identification et la prise de vue de milliers de miniatures indiennes inédites, jusque-là conservées dans les réserves inaccessibles des musées d’Inde. Amina Okada a étudié et classifié le vaste corpus réuni après plus de dix années de recherche. Quelques 700 œuvres ont pu être publiées, accompagnées de commentaires d’Amina Okada.

 

 

Yona Pinson

Yona Pinson est actuellement professeur au département d’histoire de l’art à l’université de Tel-Aviv. Spécailiste de la Renaissance, elle a publié de nombreuses études sur la folie dans l’art de la Renaissance flamande. Par ailleurs, elle est membre de plusieurs organisations scientifiques, dont la Renaissance Society of America et Historians of Netherlandish Art.

L’Institut Diane de Selliers a confié à Yona Pinson le soin d’étudier une sélection d’œuvres significatives de la période de la Renaissance autour du thème de la folie. Elle identifie et analyse les allusions cachées par les peintres d’une Europe en pleine mutation : les artistes inventent un répertoire symbolique leur permettant de railler dans leurs œuvres les dérives d’une société dénoncée par Érasme dans son Éloge de la Folie.